07 avril 2011

Vidian Valérius a toujours de l'ambition

 

Vidian Valérius n’a pas un parcours comme les autres depuis son arrivée en métropole jusqu’aux portes de la Bretagne. Il a connu les galères qui forgent un caractère et permettent de voir la vie de footballeur semi-amateur avec beaucoup de recules mais sans enlever l'envie de réussir. 

A 23 ans maintenant et après deux saisons passées dans la cité corsaire l’attaquant guadeloupéen qui fait parti des meilleurs joueurs de groupe H de CFA 2, ne cache rien de ses ambitions. Si pour sa formation (9è) à 6 points du leader, la tache semble compliquée pour aller chercher les leaders que sont Concarneau et Granville, lui est revenu en forme après une suspension de 4 matchs et se verrait bien évoluer à un autre niveau la saison prochaine. Cela passera forcément par 8 derniers matchs de qualité ou plutôt au maximum 7 puisque le buteur malouin ne jouera probablement ce week-end face à l’US Alençon, la faute à une côte cassée contre La Montagnarde.

Vidian_Val_rius

Vidian voilà maintenant 6 ans que vous êtes arrivé en métropole. Comment jugez-vous votre parcours depuis le départ de votre Guadeloupe natale ?

On peut dire que je ne suis pas né avec une cuillère en or entre les mains. J’ai connu la galère depuis que je suis arrivé. C’est un avantage aujourd’hui car je sais d’où je viens c’est ce qui me rend plus fort. J’ai été recruté par le Paris FC en 2005 à la suite de la Coupe nationale des régions à Clairefontaine, que j’avais disputé avec la Guadeloupe. Je n’ai passé qu’une saison en région parisienne puisque j’ai été repéré par Sedan. 2 saisons dans Les Ardennes où malheureusement le club à l’époque n’était pas encore engagé dans la formation comme il l'est aujourd’hui. Je n’ai donc pas signé à la fin de mes deux années parmis les jeunes faute de proposition pour signer pro.

Un premier demi-échec pour vous ?

Oui en quelques sorte d’autant que j’étais seul en  métropole et qu’il fallait bien manger. Je suis tout de même recruté par Moissy-Cramayel (CFA) mais beaucoup de joueurs sont déjà en place avec un Président assez conservateur à ce niveau et qui laissait peu de place aux nouvelles recrues. D’autant que c’était ma première saison au niveau sénior.

Même si vous ne jouez pas beaucoup? vous cernez tout de même rapidement comment on joue en CFA ?

En effet, je vois très vite que mon type de jeu c'est-à-dire la vivacité et la recherche de la profondeur peuvent gêner ces défenseurs très costauds. Il faut juste arriver à passer les épaules. Les joueurs sont très athlétiques à ce niveau et il ne faut pas rentrer dans le combat physique et trop jouer dos à la défense. C’est la très grosse différence entre le CFA et le CFA 2.

Moissy est donc un échec, il vous faut du temps de jeu et vous n’allez pas le trouver ailleurs, durant cette saison ?

Mon agent me trouve pourtant un club à l’inter - saison : Jura Sud. Mais là je comprends très vite que je ne vais pas pouvoir m’adapter là bas. Ce n’est pas sportif, c’est environnemental … Quand je suis arrivé et que je me suis vu cerné par les Montagne, pour moi le Guadeloupéen, c’était plus que compliqué. Je n’avais rien contre le club mais je savais que tout seul là bas, psychologiquement, ce serait trop dur, je décline donc le transfert.

Et encore une fois, dans votre recherche d’un club une nouvelle désillusion vous attend …

Du côté de Chypre en effet. Un club veut me recruter. Les négociations avec mon agent se passent bien mais au moment de les entériner, la donne a complètement changée et les promesses qui m’ont été faite ne sont pas tenues. Un exemple tout simple : on me promet un logement, c’est en fait de la collocation. On me dit ensuite qu’au niveau salarial je suis jeune et qu’il faut donc diviser le salaire par 2. Bref je sens le traquenard et je fais demi-tour.

La roue va tout de même tourner et vous aller pouvoir finir par trouver où poser vos valises par  le biais de vos quelques connaissances en métropole …

Je n’ai plus d’agent, qui avais en outre fait son travail puisqu’il m’avait trouvé des clubs et il me faut donc me débrouiller seul. Par le biais du père de Richard Soumah, je rencontre Laurent Schmitt l'agent de son fils. Je fais alors, grace à lui, la connaissance de Coco Michel. Mon profil l’intéresse mais j’ai un profil « trop vieux » pour intégrer son groupe. Les jeunes qui sont né la même année que moi vienne soit de passer pro, soit de quitter le club car ils ne sont pas conserver. Moi je ne peux bien entendu pas prétendre à un contrat pro tout de suite. Coco Michel me conseille alors de trouver un  club qui de la région.

Et vous arrivez à St Malo…

Le club vient de remonter en CFA 2 et je décide de passer un BTS (M.U.C) en alternance afin d’assurer mes arrières car je viens d’apprendre que vivre du football ce n’était pas simple. Nous arrivons à nous maintenir et je marque à 6 reprises. Je suis suivi par Lorient mais personne au club ne me le dit et là je dois avouer que je le prends qu’on me le cache. Je comprends tout à fait que le club veuille conserver ses joueurs et notamment le Président que j’apprécie au demeurant, mais les opportunités ne sont pas légions et il faut savoir les saisir.

Une seconde saison s’annonce donc et aujourd’hui compte tenu de certains matchs de qualité livrés par votre formation on aurait tendance à dire que l’on aurait pu espérer voir St Malo plus haut dans le tableau à 8 journées de la fin de la saison ?

Je pense que l’on paye les blessures et les suspensions. Notamment au milieu de terrain je pense que l’on manque d’un véritable distributeur. Ce rôle que pouvait occuper Steve Abady mais qui compte tenu des absences a du aller occuper le flan droit du milieu de terrain. C’est le genre de joueur capable de se retourner et de donner le ballon en 1ère intention. Après il est vrai que je suis un éternel insatisfait et que bien souvent je râle sur le terrain mais ça fait parti de ma personnalité. Le jour où j’arrêterai de râler c’est que je n’aurai plus l’envie. Je suis un compétiteur et j’aime jouer les premiers rôles et je pense que l’on aurait pu faire mieux.

Il n’est peut être pas trop tard ?

Peut être… mais il faut jouer autrement que ce que l’on peut produire à l’heure actuelle. Depuis le match face à Changé (2-3) nous avons toujours été mené au score. On hypothèque nos chances de succès….

A La Montagnarde, il y a 15 jours j’étais vraiment en colère a la fin du match. On est mené 0-2, on revient au score et au lieu de continuer à jouer face à une équipe désorganisée, on s’est presque contenté de ce qu’on avait alors que nous avions face à nous une équipe au bord du gouffre, qui luttait à 10 contre 11. 

Avez-vous un favori pour l’accession en CFA ?

Dans ce championnat très bizarre, c’est l’équipe qui est la mieux en place qui fera la différence et c’est donc tout à fait logique de retrouver une équipe comme Concarneau leader. Ils ne sont pas flamboyants mais ils sont très bien organisés. C’est très difficile de prendre des points contre eux lorsqu’ils mènent 1-0. D’ailleurs je pense que nous sommes une des rares formations à avoir refait notre retard (2-2).

Quelles sont vos ambitions sur un plan personnel ?

Je ne cache mon avis de jouer au dessus. J’aimerais connaître au moins le niveau national. Bien-sur que je me sens bien à St Malo qui est un club entrain de grandir. Je vois notamment cette saison nous avons un ostéopathe, un préparateur physique qui m’a fait faire un énorme travail physique pour revenir à un très bon niveau après ma suspension mais oui, je serai attentif à toute les propositions. En tout cas, je sais que mon avenir se joue maintenant c’est la raison pour laquelle j’espère revenir très vite.

Enfin, pour terminer, on vous sent véritablement attacher à votre terre natale, la Guadeloupe ?

Jouer avec la sélection de la Guadeloupe est un véritable plaisir. C’est vrai que depuis que la sélection de Jocelyn Angloma a été en demi-finale de la Gold Cup, il y a un véritable engouement autour de cette équipe. De plus, beaucoup de professionnels jouent le jeu. Je pense que cette sélection a le niveau d’une très bonne équipe de Ligue 2, voir de seconde moitié de Ligue 1. J’aimerais m’investir auprès des jeunes talents de l’ile après ma carrière afin pourquoi pas de faire le lien afin et de faciliter leur intégration en métropole, ce que moi je n’ai pas eu.

Vidian Valérius

Né le 24/06/1988 à St Claude

1,75m, 75 kg

7 buts en CFA 2

4ème du classement du meilleur joueur de CFA 2 avec 7 points.

Clubs successifs : Paris FC (2005-2006), Sedan (2006-2008), Moissy-Cramayel (2008-2009), St Malo (2009-…)

Vidian Valérius est aussi sélectionné en équipe de Guadeloupe qui participera notamment à la Gold Cup 2011*

L’interview décalée

Un joueur : Franck Lamy qui a arrêté sa carrière en fin de saison dernière. Ce joueur sortait de l’ordinaire. C’est vrai que ce n’était pas le joueur le plus technique mais c’était un super défenseur. Un vrai passionné et un mec qui mouillait le maillot comme personne. A 37 ans il avait encore peur d’aller demander au coach s’il pouvait prendre une semaine de vacances ! Un mec extra en dehors du terrain et un vrai guerrier lorsqu’il était dessus. Il nous manque sans aucun doute cette saison.

Franck_Lamy 

Un entraîneur : Bernard Coriolan. C’est lui qui m’a tout appris, car jusqu’à l’âge de 11 ans je faisais encore du basket. Il m’a inculqué aussi le fait qu’il ne fallait jamais s’arrêter de travailler. Il garde toujours confiance  en moi et il n’hésite pas à me demander des comptes lorsque je ne suis pas au niveau.

Un match : Lorient – St Malo (0-2) la saison passée. On avait fait un très gros match face à une équipe qui était déclassée dans notre championnat. Personnellement j’avais marqué le second but et c’est à cette occasion qu’Hervé Guéguen s’était intéressé à moi.

Un message à l’un de vos coéquipiers. A Steve Abadie : « Il faut qu’on se cotise pour lui acheter de nouvelles chaussures parce que les siennes c’est vraiment du premier prix (rires) ! »

Steve_Abadie

 *L’équipe de Guadeloupe : n'est pas une équipe nationale mais une sélection de joueurs guadeloupéens ou d'origine guadeloupéenne, gérée par la Ligue guadeloupéenne laquelle est placée sous l'égide de la FFF.

Ses matches ne sont pas officiels, la LGF n'étant pas affiliée à la FIFA. En tant que membre de l'UFC et membre associée de la CONCACAF, elle participe à la Coupe Caribéenne des nations et, le cas échéant, à la Gold Cup (1/2 finaliste en 2007 et 1/4 finaliste en 2009). La Guadeloupe est qualifiée pour la Gold Cup 2011.

 


Commentaires sur Vidian Valérius a toujours de l'ambition

Nouveau commentaire